Vent d'Yonne • Association à but non lucratif, loi 1901

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Défense de l'environnement, protection de la biodiversité naturelle et
architecturale de la Communauté de communes des Vaux d'Yonne (Nièvre)



Mai 2015 : A propos de la vitesse du vent

En 1,5 an, depuis la mise en service des éoliennes, seulement 3 journées ont atteint les 11 m/s et 10 journées ont atteints péniblement les 10 m/s (un rendement maxi correct est obtenu à 15 m/s).
Les résultats de production de 2014 confirment les indications de l’ADEME d’une vitesse moyenne de 4,5 m/s en Bourgogne et donc l’inanité du concept éolien placé dans une région peu ventée.
Ces résultats corroborent l’ensemble de l’analyse développée sur notre site.
Nous recommandons toujours une grande méfiance envers les faiseurs de rêves d’un autre monde énergétique pour une énergie soi-disant gratuite, aléatoire et intermittente.

 


Mars 2015 : Bilan de production de 2014

Nous respectons Abowind pour son sérieux industriel, mais jetons l’opprobre sur EDF pour son opacité sur les informations (sur les injonctions du SER), alors que ce sont les consommateurs EDF qui financent les éoliennes.
Pour l’année calendaire 2014, nous obtenons pour le parc de Clamecy une production réalisée de 13,5 Gwh (prévision de l’étude d’impact à 27,7 Gwh, soit une erreur d’appréciation de 50%), pour une vitesse moyenne de 4,6 m/s, ce qui donne un rendement de 8% selon la courbe de fonctionnement des machines REPOWER MM92 et un taux de charge de 12% (rappel de la moyenne nationale de 21%).

 


Mai 2014 : la poule aux œufs verts

Des  milliards d’euros ont été dilapidés inutilement en Europe depuis 35 ans, au détriment de la recherche fondamentale et du développement de nouvelles sources d’énergies d’avenir plus performantes que ces  moulins à vent d’un autre âge qui fournissent  une énergie intermittente hors de prix et qui doit être supplée les trois quart du temps par des énergies fossiles…   mais le vent tourne et la bulle verte va exploser.

Il serait bon de soutenir le projet MYRRHA dans le domaine du nucléaire qui supprimerait les déchets radioactifs des centrales et de se lancer dès que possible dans l’exploitation du gaz de schiste en respectant l’environnement et la sécurité.

Un produit non rentable est un produit qui consomme plus de ressources qu’il ne produit de valeur. Un tel produit constitue un gaspillage de ressources. Et pour ça, les « Verts » sont les champions économiques.

C'était l'investissement parfait pour les 75.000 petits actionnaires de Prokon : éthique et ultrarentable. Un peu trop parfait, sans doute, à en juger par les déboires de l'installateur allemand d'éoliennes qui est tombé en faillite en janvier. Fondée il y a dix-huit ans, la société de employant 1.300 personnes a joué un rôle de pionnier dans la transition énergétique allemande. Elle possède 54 champs éoliens et des installations de biomasse. De quoi assurer la bonne conscience de ses actionnaires. Cerise sur le gâteau : Prokon leur promettait des intérêts de 6 à 8 % par an. Avec le risque d'une liquidation imminente, le remboursement du titre participatif peut intervenir après les autres créances. Les épargnants détenant des titres Prokon risquent donc la perte totale de leur mise. Au total, 1,4 milliard d'euros. Des cabinets d'avocats s'affairent déjà pour éviter cette issue fatale. Une voie serait de réclamer des dommages et intérêts en clamant par exemple que l'information délivrée dans le prospectus était trompeuse.

 

(« Les Echos » du 27/01/2014 – Thibaut Madelin)

 


Octobre 2013 : Grand malheur sur le village de Oisy
Grand malheur sur le village de Oisy, premier village martyr de la Nièvre.
Les éoliennes se mettent en place,  elles sont bien  hautes et bien près des riverains.
Un grand merci donc à nos élus socialo-écolos et le Varne, groupuscule gauchisant anti-nucléaire,  pour cette dégradation marquée du paysage, cette gabegie financière assuré par les contribuables et ce non-sens technique et énergétique, démonstrations  développées dans notre site.
Malgré les mensonges des différents rapports ayant servi de base de référence aux administrations, nos avocats n’ont pu convaincre les juges de nos arguments ;  il faut bien reconnaître une assistance forte du lobby éolien (SER, Gouvernement, presse locale…) que confirme notre devise ;
«L’éolien, c’est la lutte du pot de terre contre le pot de SER. »

Nous ne baissons pas les bras. Nous restons maintenant vigilants quant aux nuisances ressenties par les riverains après fonctionnement de ces 6 engins ; le peu de vent minimisera  peut-être  ces désagréments…  et  nos recours actuels contre la ZDE au TA de Dijon courent toujours.

Intéressant ! Le propriétaire du château de Flers (Pas-de-Calais) vient d’obtenir le démantèlement des 10 éoliennes installées en 2007, pour nuisances sonores et dégradation du paysage ; cet arrêté fait jurisprudence à ce jour. Alors, restons sereins.

 


Juillet 2013 : Pillage économique
Dans le domaine des énergies renouvelables, tout est fait sur le "principe d'égalitarisme". C'est à dire que plus c'est mauvais, plus on compense par des subventions et des tarifs de rachat élevés.

La demande de plusieurs députés d’une commission d'enquête parlementaire, complétée par le rapport annuel de la Cour des Comptes,  mettra en lumière le probable pillage économique en cours de notre pays.
Rappelons les sommes allouées par les communes  de Clamecy (180 000 euros) et Oisy (6000 euros) pour souscrire dans la SEM « Nièvre Energies ». Pour des communes surendettées, cela frise le délire.

La FED rappelle que ce programme éolien démentiel est  le résultat de l’implication  d’élus qui sous couvert de l’écologie ont  mis en place et  développé  légalement un système corrompu, en collusion avec les promoteurs éoliens.

Il faut noter en outre les condamnations récentes d’élus locaux français pour prises illégales d’intérêts et recel par les bénéficiaires ( Ally-Haute Loire,  Saint-Georges d’Annebecq-Orne…).
A suivre donc, tout comme notre recours contre la ZDE, où le rapport de présentation au préfet de l’époque est truffé d’affabulations, dans le but de faciliter la décision favorable du préfet.

 


Mai 2013 : Recours contre la ZDE
Mme Boissorieux nous annonce sans vergogne que Clamecy devrait voir des éoliennes dans son paysage en 2013. Nous en prenons bonne note, mais rappelons tout de même que des recours sont toujours en cours, non contre les PC mais contre la ZDE.

Il est vrai que les travaux d’enfouissement des câbles électriques sont maintenant terminés.
Par contre,les discussions entre Abowind et la SEM Nièvre Energie patauge lamentablement : Abowind possède tous les atouts, mais la SEM s’aperçoit qu’elle n’a servi en fait qu’à mieux faire passer ce projet en dehors de tout débat démocratique et voudrait malgré tout une grosse part du gâteau. MDR.

Il est maintenant parfaitement reconnu l’échec des « soi-disants experts » du GIEC avec un réchauffement climatique injustifié ; d’ailleurs les USA ont retiré leurs subventions à cet organisme qui a pollué le monde de la climatologie durant 20 ans
Le professeur Akasofu explique que "L'échec du GIEC vient du fait que ce dernier a beaucoup exagéré l'effet du CO2 tout en minimisant les causes naturelles du changement des températures".
En fait, la période 2010/2030 ne va pas être caractérisée par un réchauffement, mais bien par un refroidissement de température de 1 à 2°C.

 


Février 2013 : Le classement UNESCO de Vézelay pourrait être remis en cause à cause de Clamecy et Oisy ?
Après avoir perdu en appel au CAA de Lyon à cause de la « distraction » d’un avocat neversois, l’association Vent d’Yonne procède à un nouveau recours contre la ZDE créée en 2009 et ne manque pas d’argumentaires à son actif :


   - co-visibilité directe avec la basilique de Vézelay pourtant distante de 17 kms .
   - absence de concertation avec la population locale .
   - potentiel éolien insuffisant, pour lequel, avec une vitesse moyenne des vents de 6 m/s (non justifiée) et corrélée avec la courbe de production des éoliennes sélectionnées, donnerait un rendement global de 12 %.



Le classement au patrimoine mondial de l’UNESCO pourrait être remis en cause avec les conséquences sur l’image du territoire et la fréquentation touristique ; ces concepts sont malheureusement totalement occultés par les élus locaux qui ne considèrent uniquement que les retombées financières.
Nous rappelons que les éoliennes seront parfaitement visibles depuis le parvis de la basilique de Vézelay, (vision des rotations des pâles et les flashes blancs de jour et rouge de nuit).

 


Novembre 2012 : Arrêt de l’un des plus grand délire énergétique.
Après l’Espagne et le Portugal, la Grande Bretagne a décidée d’arrêter la construction des éoliennes terrestres.
Le Danemark se lance dans une campagne vérité sur les nuisances sonores  réelles apportées sur les riverains des éoliennes (42%  de ceux-ci sont incommodés par ces nuisances).
Les sociétés Vestas et  Gamesa, principaux constructeurs d’éoliennes, sont au bord du dépôt de bilan.
… Cela sent comme un parfum de fin de cycle.
Quand nos politiques socialistes et leurs complices écolo vont-ils comprendre l’absurdité de ces énergies dites renouvelables, intermittentes, aléatoires et au combien anti économiques ?

 


Septembre 2012 : Un peu de logique dans ce monde de fous.
« …je suis favorable à ce qu'on limite le bénéfice des tarifs de rachat à la production électrique dont la disponibilité n'est pas garantie de façon permanente. Sinon, cela signifie que l'intermittence induite est mise à la charge d'un autre acteur du réseau, sans que celui-ci soit prévenu ni même désigné.
L'intermittence induite oblige d'autres acteurs à prévoir des moyens de back up, de stockage ou d'effacement de consommation.
En gros, dans la situation actuelle, on subventionne le producteur d'énergie éolienne pour introduire de l'intermittence dans le réseau électrique et on impose à d'autres d'assumer les surcoûts qui en découlent. Il serait préférable, à mon sens, de distinguer deux sous-catégories au sein des tarifs de rachat : l'une pour le kilowattheure garanti, à savoir celui qui est fourni de manière certaine quand on en a besoin - la production hydroélectrique entre dans cette sous-catégorie -, l'autre pour le kilowattheure injecté dans le réseau au gré de la production, ce dernier valant nécessairement moins cher. »
(Propos récent de M.Jancovici au Sénat)

D’après le site ENERGIE PARTAGEE, la ferme éolienne serait en construction en avril 2013,  ABO WIND en serait le constructeur et l’exploitant et la SEM « Nièvre Energie » le bénéficiaire puisque le parc serait 100% public ; c’est vite oublié le peu de vent du site qui vont vite ramenés à une réalité douloureuse le bénéfice escompté (nous rappelons que les vitesses des vents du site sont toujours classées secret défense par le SIEEEN)

 


Mai 2012 : Une SEM s’organise.
La SEM (Société d’Economie Mixte) qui va gérer l’éventuel parc éolien de Clamecy est en cours de constitution.
Conseil d’administration : 5 sièges pour le SIEEEN, 1 siège pour la CC, 1 siège pour Clamecy, 1 siège pour Oisy et 1 pour le Varne.
Belle répartition démocratique pour le SIEEEN qui détient par là même la majorité absolue sur ce parc. En outre, tous les sièges sont affectés à des entités pro-éoliennes. Il va y avoir de l’omerta sur les infos.
Le conseil municipal de Oisy a voté, en sa séance de 5 avril 2012, l’octroi  d’un budget de 3000 euros pour entrer dans cette SEM.
Par ce fait, Oisy cautionne l’étude du parc éolien qui va altérer la vie de ses propres habitants et de plus,  entrave pour 4 mandatures de conseillers le choix d’un investissement bien hasardeux portant sur 20 ans.
Il est bon de rappeler que les recours engagés par Vent d’Yonne et son cabinet d’avocats font repousser l’échéance pour de nombreuses années.

Les résultats des élections présidentielles risquent de ne rien changer à l’avenir de notre politique nationale énergétique en matière de ENR.

Nous assistons à des opérations de séduction du parti des verts pour entrer par tous les moyens au gouvernement et au parlement; il est vrai qu’il faut un vrai ministère de l’écologie, mais faire entrer ces personnages qui ne sont pas des écologistes, mais uniquement des anti-nucléaires constitue une vraie farce. Le résultat de 2,3% des verts remplace bien un référendum des français qui persistent à préserver notre énergie nucléaire et notre indépendance.

 


Avril 2012 : Les éoliennes nuisent bien au tourisme.
L’UNESCO montre bien que les éoliennes nuisent au tourisme. L’Etat français vient d’accepter des zones d’exclusion importante autour des sites classés au patrimoine mondial, comme le Mont Saint Michel et Vézelay. Il faut beaucoup de temps pour que les concepts les plus logiques prennent corps. Preuve s’il en faut que les impacts tels que nuisances visuelles des éoliennes et pollution des paysages sont bien réels.

L’éolien. Un mécanisme financier pervers, mais tout à fait légal, qui permet des profits scandaleux... et promet des difficultés pour les communes.
Il est connu que les promoteurs éoliens revendent leurs parcs après avoir profité de l'amortissement accéléré sur 1 an. Une société financière rachète le parc jusqu'à 5 fois son prix. Elle émet à son tour des titres et des certificats verts dans toute l'Europe avec un bénéfice considérable. En même temps, elle met en place un exploitant éolien déconnecté juridiquement de tout lien avec la société-mère, prêt à faire faillite en toute impunité si le bilan n'est pas favorable (charge d'entretien des machines trop lourde, avarie grave...), ou si l'Etat décide de baisser le prix de rachat de l'électricité éolienne.
3 ans après la mise en service, toutes les sociétés d'exploitation éoliennes sans exception sont devenues des sociétés par actions simplifiées ou des sociétés en nom collectif. En cas de faillite, volontaire ou non, personne
n'est responsable, et personne ne peut être recherché en responsabilité pour démanteler le parc éolien. Les sommes consignées pour le démantèlement étant notoirement insuffisantes, de nombreuses communes (ou des SEM) risquent d'ici 10 à 15 ans de se retrouver avec un cimetière d'éoliennes sur les bras! Le risque est d'autant plus grand que le site est peu venté, donc peu rentable au niveau des ventes de kwh. C'est le cas de la Nièvre. Mais que vient faire le SIEEEN dans cette galère… l’éolien est un pur produit industriel pour financiers, rien à voir avec l’énergie, qui n’en est que le moyen.
LA LUTTE CONTRE LES EOLIENNES, C’EST LA LUTTE DU POT DE TERRE CONTRE LE POT DE SER (Syndicat pour les Energies Renouvelables).

Oui, mais attention à l’éclatement de cette bulle dite verte.

 


Mars 2012 : éolien participatif…suite
La vitesse moyenne annuelle des vents demeure la base pour déterminer le potentiel éolien, élément clé de l’efficacité énergétique d’un projet éolien.
Alors que l’Atlas des vents de Bourgogne donne 5,80 m/s et le promoteur Abo-Wind indique dans son étude d’impact  (page  50) une vitesse moyenne de 6  m/s,  le Varne annonce une vitesse de 6,80 m/s afin de mieux enjoliver son « business plan » sur 20 ans à l’appui de son projet participatif. De ce fait, tous les chiffres sont erronés de 15%...presque rien.
Toujours sans justificatifs des méthodes de calcul d’extrapolation bien sûr. Secret industriel.
Ces gens là n’ont pas compris que le temps des dogmes religieux est terminé : tout doit être explicité pour être crédible.

Plusieurs parents d’élèves nous ont rapporté que le Varne utilise les établissements scolaires de la région à des fins de propagande en distribuant des prospectus sur l’éolien et en organisant des sorties dites pédagogiques à la salle polyvalente de Clamecy, pour des animations orientées spécifiquement sur l’éolien et le participatif.
Décidemment, le Varne appuie fort sur la démagogie en tout genre, toujours avec la complicité des élus. Tous ces moyens sont-ils honorables pour arriver à ses fins ?
M. Christian Paul, député de la Nièvre, soutien fermement le projet éolien participatif de Clamecy ; il sera bon de s’en souvenir lors des prochaines élections législatives.

Nous venons d’apprendre que la sté CEOLE, fabricant de mâts d’éoliennes à Longvic, banlieue de Dijon, est placé en redressement judiciaire.
Cela ne va pas aussi bien que cela dans le monde de l’éolien. Dommage hélas, pour les 55 personnes qui y travaillent.
Il est aussi intéressant de savoir que le PDG de la sté CEOLE n’est autre que M. Dominique Legros, président du cluster éolien “wind for future”, regroupement associatif des entreprises bourguignonnes du monde de l’éolien, lancé par M.Patriat, président du Conseil Régional, en 2010. Le “future” du “wind” en prend un bon coup.

 


Janvier 2012 : Hausse des tarifs EDF de 30% sous 4 ans à cause des éoliennes
La Commission de Régulation de l’Electricité CRE confirme une augmentation de 30%  du tarif EDF de l’électricité, due essentiellement à la Contribution au Service Public de l’Electricité CSPE d’ici 2016, utilisée à financer le développement des énergies renouvelables. Merci aux éoliennes et aux retombées financières pour nos élus payés par les contribuables.
D’après la Cour des comptes, les objectifs du Grenelle pourraient être tenus en 2020, mais note que la facture va revenir au consommateur qui va dépenser 90 euros de plus en moyenne en 2020 (170 euros pour ceux qui sont au chauffage électrique).
En fait, le gouvernement a mis en place une imposition sur les factures EDF qui s’approche curieusement de ce qui existait avant 1789, avec les fermiers généraux et la gabelle du sel.

 « Il faut, pour commencer, déblayer et écarter les idées fausses, donc en finir tout de suite avec l’éolien. Je suis d’accord avec Valéry Giscard d’Estaing. L’éolien, c’est laid, cela coûte cher, ce n’est pas fiable. Le Grenelle a favorisé l’éolien à l’aide de subventions…. »
Claude Allègre – 2010 – tiré de son livre « l’imposture climatique ou la fausse écologie »

 


Décembre 2011 : Aberration scientifique du schéma éolien bourguignon
Propos de M. Gérard Mottet, professeur émérite des universités et membre de la Société Géologique de France :

« L' "atlas éolien de la Bourgogne" est d'une affligeante nullité en ce qui concerne la réalité climatologique de départ qui n'est jamais évoquée ! C'est un véritable scandale que rien ne soit dit des travaux du Centre de Climatologie de l'Université de Bourgogne et de son fondateur le Professeur Pierre Pagney, professeur honoraire de la Sorbonne.

Il est plus qu'aberrant que l'on décide l'implantation d'éoliennes sans avoir au préalable étudié la dynamique aérologique générale, régionale et locale, établi au minimum une différentiation des systèmes dépressionnaires de face avant des anticyclones mobiles de trajet méridien atlantique ou de trajet est-continental, ou de remontée subtropicale méditerranéenne, celle qui affecte le plus le couloir Saône Rhône et dont la « rose des vents de l'aéroport de Dijon Longvic » est le symbole.

Cet « atlas » n'est qu'un piètre prétexte et un faux semblant beaucoup plus idéologique et commercial que scientifique, rempli de contradictions à chaque carte.

La Bourgogne ferait mieux de réaliser un atlas de la géothermie, ce qu'a déjà fait le BRGM, voir la revue Géo chronique de la Société géologique de France, sans doute totalement ignorée de l'ADEME et autres services...! Car la géothermie n'est pas comme l'éolien une énergie intermittente, mais bien une énergie PERMANENTE. Quand sera-t-elle prise en compte par les "politiques" et les "écologistes"?

On arrive avec les ZNIEFF, les sites classés actuels et futurs, les villes d'art et d'histoire, etc, à une totale confusion qui masque l'incompétence de départ.

L'actuel "changement climatique" ne se résume pas à un "réchauffement", réel certes, notamment de l'hémisphère Nord, mais à un accroissement de la variabilité du climat et à de forts contrastes des situations aérologiques, notamment aux moyennes latitudes.

De ce fait, les chiffres "vitesses moyennes du vent " tels qu'ils sont avancés par les promoteurs de l'éolien n'ont plus aucun sens.
Cet accroissement de la variabilité des situations aérologiques est, par définition, défavorable à l'éolien, car il va accroitre les situations de contrastes entre des périodes anticycloniques sans vent et des périodes de trop fortes "tempêtes" au cours desquelles il faudra arrêter les éoliennes !

Pour nous résumer le "changement climatique" annoncé est d'évidence incompatible avec l'énergie éolienne, surtout dans l'Hémisphère Nord.

Vous pouvez diffuser ce texte comme bon vous semble car il exprime une fois de plus la colère du bon sens d'un géographe physicien qui tenait à s'exprimer.»



Novembre 2011 : Secret défense
Le SIEEEN refuse toujours de communiquer le rapport d’audit de Project Wind et nous savons maintenant pourquoi.
La CADA (Commission pour l’Accès aux Documents Administratifs) nous a répondu que les éléments de vitesse des vents, rose des vents, courbes de distribution annuelle des vents, sont classées secret défense.
Ces notions qui servent de base pour déterminer le potentiel éolien et la rentabilité des investissements, n’ont pas à être connu du public.
Circulez, il n’y a rien à voir ; tout doit rester opaque de façon à ce que les élus et les collectivités publics organisent cette grande magouille financière de l’éolien en catimini. C’est bien la preuve que l’éolien n’est pas un produit énergétique mais bien un pur produit financier.
Ci-joint la lettre de la CADA qui demeure très politique sur l’application sémantique entre confidentiel (réservé) et secret (absolu).

Visualiser la lettre

 


Septembre 2011 : Lettre ouverte
Voici la lettre ouverte adressée à M. Patriat, président du Conseil Général de Bourgogne, apportant notre avis sur le SRE (Schéma Régional Eolien) sorti en septembre 2011 et sur le participatif citoyen, ainsi qu’ à d’autres collectivités régionales.

Visualiser la lettre

 


Juillet/Août 2011 : La course au fric de l'éolien participatif

Après le Conseil Régional de Bourgogne, voici le SIEEEN qui s’inscrit pour la course au fric de l’éolien participatif. Tous ses adhérents ont voté avec enthousiasme un accord pour inciter au financement public du site éolien de Clamecy, après avoir obtenu un avis favorable du très éolien BET WIND PROSPECT.

Pendant ce temps, le Conseil Régional, la DREAL et la Préfecture de région engagent les études du SRCAE (Schéma Régional du Climat, de l’air et de l’Energie), précisant, dans son annexe SRE (Schéma Régional Eolien) les communes de Bourgogne constituant des ZDE (Zones de Développement de l’Eolien).
Un miracle écologique est apparu : 95 % des communes peuvent recevoir des éoliennes puisque la base de sélection est une vitesse du vent d’au moins 4 m/s (c’est la vitesse minimale de fonctionnement d’une éolienne).
Aucun respect des habitants , aucun respect des objectifs du décret  n° 2011-678 du 16/06/2011 instituant le SRCAE concernant les servitudes, les règles de protection des espaces naturels ainsi que du patrimoine naturel et culturel, des ensembles paysagers, des contraintes techniques et des orientations régionales (article R 222-2). 
Par ce simple fait, cela confirme que le SRCAE de Bourgogne perd son âme et son objet.
Les 70 éoliennes imposées par le Grenelle de l’environnement voleront donc le paysage naturel et culturel de la Nièvre qui est le bien de tous. Qui a autorisé un tel hold-up ?
La Nièvre peut-elle accepter que des futurs sous-citoyens soient légalement parqués dans  des ZDE qui vont miter son territoire et qui en subiront les dommages collatéraux ?
De plus, les ménages français vont-ils accepter que leur facture d’électricité augmente de 40% alors que 3 millions d’entre eux ne peuvent plus la payer ?
L’éolien est une vaste "magouille" financière, qui rapporte des fortunes aux affairistes du vent, avec maintenant la connivence bienveillante des collectivités locales.

« Ces fameux pôles de densification où l’on implantera un maximum de machines, non pas parce qu'elles sont plus venteuses, mais parce que la misère y est plus grande, parce que les populations n'auront pas su se défendre, parce que les politiciens locaux sont plus vendus qu'ailleurs. Des zones entières du territoire massacrées, occupées par des malheureux qui n'auront d'autres choix que de subir au quotidien le bruit, les flashs, et toutes les nuisances, qui verront leur patrimoine baisser de valeur, alors oui, on peut parler de sous citoyens. Et le comble c'est qu'on les obligera à payer toujours plus cher pour enrichir un peu plus quelques fonds de pensions, banquiers ou milliardaires. Pratiquement aucun emploi, quelques ressources fiscales qui ne sont qu'un miroir aux alouettes, puisque pompées dans les poches des plus modestes, simplement, une escroquerie phénoménale. C’est ça l'éolien industriel. » (Propos de M. J.L. Doucy)

 


Mai 2011 : Assemblée Générale de l'association

L’assemblée générale de “Vent d’Yonne” s’est déroulée le samedi 21 mai 2011, à la salle des fêtes de Oisy.
Il y avait une vingtaine d’adhérents présents ou représentés, accompagnés de quelques sympathisants.
Après l’exposé des différents rapports de situation et un débat interne avec les membres présents, une collation finalisait cette assemblée dans une sympathique ambiance. 
C’est donc reparti pour une nouvelle année de combat contre le projet éolien de Clamecy/Oisy.

Nous avons appris la veille que le pourvoi en cassation du référé suspension a été débouté par le service contentieux du Conseil d’Etat.
Cette nouvelle a été sans surprise pour nous puisque la raison principale de ce rejet est identique à celui du tribunal de Dijon, à savoir, le manque de conviction de l’état d’urgence à arrêter des travaux...non commencés.
Notre intérêt reste toujours d’une part d’afficher notre combattivité irréductible et d’autre part d’affiner nos argumentaires juridiques.
Le recours contentieux sur le fond est toujours en cours au Tribunal Administratif de Dijon.

 


Semaine du 14 au 18 février 2011 : Travaux de fouilles archéologiques
Travaux de fouilles archéologiques sur les parcelles affectées aux éoliennes (aucune découverte notable).

Découvrez la nouvelle rubrique : le piège éolien dans le dossier

« l’énergie éolienne », donnant l’explication historique du pourquoi des éoliennes d’aujourd’hui.



Mercredi 16 février 2011 : Pourvoi en cassation de nos référés en suspension
Pourvoi en cassation de nos référés en suspension auprès du service contentieux du Conseil d’Etat de Paris



Mardi 1 février 2011 : Rejet de nos référés en suspension
Rejet de nos référés en suspension par le tribunal de Dijon. Les recours sur le fond courent toujours.

Nous appelons de nos vœux pour un moratoire des éoliennes industrielles.
Depuis 5 ans, 2500 éoliennes industrielles ont été érigées sans planification, sans respect des populations et des patrimoines architecturaux et paysagers.
On nous en annonce 12 à 15.000 dans les 10 ans à venir sans avoir pu démontrer une quelconque efficacité énergétique. ASSEZ, UNE PAUSE S’IMPOSE.

Visualiser l'article



29 janvier 2011 : Réunion éolien participatif à Clamecy
L’association « Le Varne » depuis toujours, fait du participatif son action pour favoriser l’acceptabilité de l’éolien auprès de la population.
Mais que le financement soit public ou privé ne change en rien aux nuisances des éoliennes  et à la pollution de notre patrimoine naturel et historique nivernais. Cela ne change en rien le peu de vent de notre région entrainant une rentabilité faible du site.
Les collectivités locales sont surtout appelées à ce financement. L’argent public de celles-ci sera ainsi détourné vers une filière à l’efficacité relative qui appauvrit le financement d’autres filières authentiquement écologiques, à l’instar de la filière bois, de la micro-hydraulique, de la biomasse en cogénération et du thermique charbon à lits fluidisés pour la Nièvre.
L’aspect associatif et citoyen écarte la notion spéculative du promoteur privé et plait davantage aux élus et aux particuliers, mais demeure néanmoins un miroir aux alouettes.
Le côté citoyen ne se justifie que pour les investisseurs (1 membre, 1 voix), mais comment exprimer le côté citoyen des non-investisseurs. Donc, le rassemblement citoyen se réduit à ce club.
N’oublions pas pour ceux-ci qu’il s’agit de donation et non de placement pour les particuliers, le capital ne sera jamais récupérable, alors que le bénéfice annuel escompté sera de 1,5 millions d’euros, payé par les consommateurs français.
N’oublions pas non plus que l’Espagne a réduit récemment de 35% son tarif de rachat en sortie des éoliennes, cela arrivera en France avant 10 ans.

Un des argumentaires phare est de présenter un parc participatif comme un bien collectif local, c’est-à-dire que l’électricité en sortie des éoliennes serait la nôtre et alimenterait les 10 000 personnes de notre canton.
FAUX. L’électricité éolienne est redistribuée à EDF ; il y a effectivement production localisée, mais aucune consommation ni retombée locales.
Finalement, non à l’éolien même participatif.



30 décembre 2010 : Remise des recours au tribunal administratif de Dijon
Nous avons décidé de frapper fort et rapidement en occultant les recours gracieux possibles et en procédant d’une part à des référés suspension afin d’éviter tout démarrage de travaux et d’autre part à des recours contentieux,  porteurs d’arguments persuasifs pour annuler les permis de construire. 
Cette détermination et cette ténacité sont dans la droite ligne de nos engagements qui prévaut à la défense de nos intérêts.
Nous sommes toujours nombreux à nous élever contre cette implantation d’éoliennes contraire à toute logique environnementale et énergétique dans notre secteur.
Concernant le peu d’intérêt de l’éolien en période hivernale et pour dénoncer les mensonges du lobby vert, voyez le site « sauvons le climat » et son chapitre « galéjade, mensonge absolu, erreur ou intox ? » (dossier LIEN).



19 novembre 2010 : Les permis de construire sont accordés
Le Préfet de la Nièvre, M. Quillet, a accordé les 2 permis de construire des éoliennes de Clamecy et Oisy et ce, malgré une forte opposition des habitants de Oisy. Preuve s'il en est qu'une consultation de la population en amont du projet aurait certainement donné des résultats différents. Un important projet culturel a également été balayé par les élus locaux, celui-ci aurait contribué à une relance de l'activité touristique du canton. Encore une bonne occasion de faire fuir les investisseurs sur Clamecy et sa région. Dommage pour le budget communautaire. Voir dans le dossier « l'énergie éolienne », un complément sur la filière nucléaire. Quant à notre association, le combat continue.
Visualiser l'article



24 octobre 2010 : Une information pour le moins étonnante
La volonté du gouvernement est de placer 70 éoliennes dans la Nièvre durant les 10 prochaines années, d'après Monsieur le Sous-Préfet. L’application de la politique oppressive du quotat est sans consensus. A quoi servent les études d’impacts ? les enquêtes publiques ? Ce n’est pas la qualité environnementale du site qui prévaut, mais bien une quantité de mats à installer.

Nous rappelons que nous ne sommes pas contre l’éolien, mais contre ce projet dans notre région très peu ventée.



7 octobre 2010 : Reportage télévisé sur les éoliennes à Guern (56, Morbihan)
Extrait du journal télévisé de 13h du 7 octobre 2010 de TF1.
Visualiser la vidéo



7 octobre 2010 : Lettre envoyée au Préfet
L'opposition au projet est maintenant comptabilisable par les pétitions. L'association a remis au Préfet l'ensemble des 1127 signatures d'habitants hostiles à l'implantation des éoliennes à Clamecy et surtout Oisy.
Visualiser l'article



2 octobre 2010 : Verdict de la Commission d'Enquête
La Commission d'enquête a donné un avis favorable au projet.
Le dossier d'enquête confirme que :
- 118 personnes sont venues déposer un avis sur les registres d'enquête,
- 9 courriers ont été reçus,
- 3 mémoires ont été déposés par les associations locales suivantes :
                             - association « DECAVIPEC »  (6 feuillets)
                             - association « VENT D'YONNE » ( 10 feuillets)
                             - association « LE VARNE » ( 4 feuillets).

L'association « Vent d'Yonne » constate que ce dossier avalise l'intégralité de l'étude d'impact, de ce fait, aucune modification ou complément n'apparaissent à la lecture de ce document, malgré les demandes précises des mémoires et des personnes signataires.

« La Commission d’enquête note que le public et les associations, ne font aucune suggestion positive sur le projet. En d’autres termes, ils sont contre sous toutes ses formes ou sous d’autres latitudes. » Telle est la conclusion portant sur le mouvement d’opposition qui apporte à ce jour plus d’un millier de signatures contre cette implantation industrielle.

Nous ne sommes pas contre l’éolien, mais contre ce projet. Nous constatons que beaucoup de questions posées sont toujours sans réponse.

Les conclusions assez critiques de l’avis émanant de l’autorité environnementale de la Bourgogne, relatif à l’étude d’impact, demeurent toujours bafouées et sans réponse satisfaisante depuis le 8 février 2010.



21 septembre 2010 : Enquête publique favorable, à Clamecy
Plusieurs projets éoliens ont vu le jour dans le haut Nivernais, et avancent plus ou moins vite.
Visualiser l'article



septembre 2010 : Malaise autour des éoliennes
Après "le Monde magazine" de novembre 2009, après "l'Ecologiste" n° 31 du printemps 2010, nous trouvons dans la presse un nouveau reportage reflètant le malaise qui marque l'éolien en France avec "science et vie" de septembre 2010 en six points.
1- Un intérêt écologique marginal
2- Une production inconciliable avec la consommation
3- Une énergie intermittente difficile à contrôler
4- Un réseau électrique inadapté
5- Un pari économique incertain
6- Une présence mal acceptée
Visualiser l'introduction de l'article



4 septembre 2010 : Remerciements
Merci à Henri, adhérent à Vent d'Yonne qui a assuré l'essentiel des signatures de pétitions dans les brocantes de la région durant l'été.



29 août 2010 : Stand au vide-grenier de Oisy
Installation d'un stand au vide-grenier de Oisy
Article paru dans le Journal du Centre, le 1er septembre.
Visualiser l'article



juillet-août 2010 : Signature de plus de 800 pétitions contre le projet


16 juillet 2010 : Enquête publique
Rassemblement à la mairie de Clamecy le dernier jour de l'enquête publique
Article paru dans l'Yonne Républicaine et le Journal du Centre, le 17 juillet.
Visualiser l'article


13, 15 et 16 juillet 2010 : Pétition contre le projet de "ferme éolienne"
Insertion d'encart publicitaire dans le "journal du Centre" et l'"Yonne républicaine".
Visualiser l'article


12 juillet 2010 : Mobilisation
Installation de panneaux "Non à l'éolien" aux abords des communes de Clamecy / Oisy - article paru dans le Journal du Centre, le 15 juillet.
Visualiser l'article


5 juillet 2010 : Création de Vent d'Yonne
Création de l'association "Vent d'Yonne".
article paru dans l'Yonne Républicaine et le Journal du Centre, le 6 juillet
Liens vers lejdc.fr : l'association Vent d'Yonne se manifeste.
Visualiser l'article